Stop a l inceste la pedophilie et la cru

Il faut protéger les enfants du monde entier. Dire non à la pédophilie, à l'inceste, à la maltaitance de toute sorte envers des enfants. Respectez les enfants qui sont des anges de pureté et d'amou
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Derniers sujets
Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

      


Partagez | 
 

 Le fils de Villiers, abusé par son frère : "Après chaque viol, j'allais vomir".

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 206
Points : 617
Réputation : 0
Date d'inscription : 12/05/2012
Age : 73
Localisation : La Louvière/Belgique

MessageSujet: Le fils de Villiers, abusé par son frère : "Après chaque viol, j'allais vomir".   Mer 30 Mai - 9:52

Réactualisation du 15 octobre 20h35 : Laurent de Villiers sera fixé le 17 décembre par une décision de la chambre de l'instruction de Versailles. Il saura alors, si son frère Guillaume de Villiers sera ou non, renvoyé devant la cour d'assises des mineurs pour "viols" et si "les expertises de crédibilité réalisées par deux experts concluant au caractère authenthique de sa parole seront retenues". Alors que le juge d'instruction avait rendu son ordonnance en mai et renvoyait Guillaume de Villiers devant la cour d'assises pour "viols", le jeune homme de 31 ans avait immédiatement interjeté appel, ainsi que le parquet de Versailles (qui avait précedemment requis un non lieu dans cette affaire).

13 Octobre : Laurent de Villiers, 26 ans et négociant en vin aux États-Unis (où il vit avec sa femme et leur fillette de 2 ans), détenait un terrible secret et n'a pas pu garder le silence.

C'est en 2006 que le plus jeune fils de l'homme politique Philippe de Villiers, a porté plainte une première fois contre son frère Guillaume, de six ans son aîné, pour des viols répétés survenus entre janvier 1995 et décembre 1996 dans la résidence familiale en Vendée.

Alors que son agresseur est passible des assises, Laurent - qui s'était pour un temps désisté de sa constitution de partie civile, en mai 2007 suite à des excuses familiales qu'il croyait sincères - revient sur cette scabreuse affaire (que nous vous avions détaillée ici) dans les colonnes de VSD, en kiosques jeudi 14 octobre. Il attend la décision de la cour d'appel pour savoir si son frère sera bien renvoyé devant les assises pour viol, comme demandé par le juge d'instruction.

Y'a-t-il une relation de cause à effet avec la décision de Philippe de Villiers de démissionner du conseil général de Vendée qu'il préside depuis 22 ans ? "A la suite d'une décision mûrement réfléchie, je m'en vais. A la date du 31 octobre, je quitte la présidence du conseil général et le conseil général", avait-il écrit à la fin du mois de septembre sans autre commentaire.

C'est avec courage et sincérité que Laurent de Villiers. s'est exprimé, notamment sur le contexte dans lequel il a grandi. "Dans une fratrie de sept enfants élevés dans un mileu catholique traditionnel imprégné de culture royaliste", avec "un père incapable de faire la loi à la maison. C'est ma mère qui faisait régner l'ordre, voire la terreur", a-t-il confié.

A propos du rapport à la sexualité chez les Villiers, il a expliqué : "C'est sale et péché. Un jour ma mère a découvert un petit mot sur lequel j'avais écrit : 'Géraldine, tu es belle, je t'aime.' Elle m'a alors cité les propos de saint Thomas : 'La femme est le premier instrument du diable.' Et mon père m'a convoqué pour me dire que j'étais un 'hooligan'. J'avais 12 ans."

Celui qui se décrit comme ayant été un enfant "gai", "clown", et considéré comme le "chouchou", a raconté avec clarté comment Guillaume en était venu à commettre l'impensable. C'est à la suite du visionnage d'un film pornographique qu'il l'aurait "entraîné de force dans des jeux érotiques, incestueux".

Après avoir subi des attouchements qu'il n'osait pas refuser par peur de se faire violenter, Laurent a dévoilé que Guillaume lui avait demandé d'aller plus loin au bout d'une année : "J'étais devenu sa poupée. Après chaque viol, j'allais vomir. Ça a duré jusqu'au début 1997."

Alors qu'il a parlé pour la première fois de ces sévices à l'âge de 16 ans (à sa mère, qui était déjà au courant par Guillaume), Philippe de Villiers a quant à lui refusé de dialoguer lorsqu'il a évoqué l'affaire en 2006. "En fait, pour mes parents, c'était : 'Tais-toi et pardonne à ton frère. Il ne faut pas que cette histoire sorte de la famille.'"

Alors qu'il s'est rendu compte il y a trois ans qu'il avait été "trahi et manipulé", il pointe du doigt son père, leader du MPF (Mouvement pour la France). "Il voulait que je dise au juge que je n'étais qu'un menteur, que cette histoire de viol ne s'était jamais produite et que j'avais tout inventé uniquement dans le but de nuire à sa carrière ! J'ai alors compris que Philippe de Villiers n'était pas un vrai papa."

Des déclarations poignantes.

http://www.purepeople.com/article/le-fils-de-villiers-abuse-par-son-frere-apres-chaque-viol-j-allais-vomir_a65787/1


Mis à jour 07-12-2011 19:57

Laurent de Villiers retrouve l'espoir d'un procès aux assises



Laurent de Villiers, le 2 novembre 2011 sur un plateau de télévision à Paris Photo : Fred Dufour/AFP

L'un des fils de Philippe de Villiers a obtenu l'annulation par la Cour de cassation, ce mercredi, du non-lieu prononcé en faveur de son frère ainé qu'il accuse de viols.

Le plus jeune fils de l'eurodéputé MPF Philippe de Villiers, âgé de 27 ans, a repris espoir, ce mercredi, après l'arrêt rendu par la Cour de cassation qui annule le non-lieu dont bénéficiait son frère Guillaume. Laurent avait déposé plainte en 2006 contre son aîné de 33 ans pour des viols dont il aurait été victime entre 1994 et 1997.

Il avait retiré sa plainte en juin 2007, puis réitéré ses accusations en novembre 2008, lors d'une nouvelle confrontation devant le juge. Mais la chambre d'accusation de la cour d'appel de Versailles avait estimé qu'il n'existait pas de charges suffisantes pour poursuivre Guillaume.

"Les juges de cassation ont empêché une injustice totale", a confié Laurent de Villiers, joint mercredi par Metro. "Cet arrêt relance l'espoir d'un procès en assises, nous a-t-il expliqué. Et ça montre à tous ceux qui ont suivi cette histoire depuis cinq ans qu'il ne faut rien lâcher et que la vérité a un pouvoir : c'est qu'elle finit par sortir."


Des Etats-Unis, où il a trouvé refuge, Laurent estime désormais qu'"il est important que le silence se brise de tous les côtés, y compris de celui de Guillaume". "Mais, précise-t-il, son silence est influencé par un homme derrière lui", Philippe de Villiers, qui "a toujours choisi de défendre l'accusé".

"Il est temps pour lui (son père, ndlr) de voir les choses en face, même si je sais qu'il n'est pas dans son programme de m'appeler pour faire amende honorable. Car cet arrêt est un coup dur pour lui, alors même qu'il l'attendait pour faire son grand retour en politique", avance Laurent de Villiers.

Il revient désormais à la chambre d'accusation de la cour d'appel de Lyon de déterminer si les accusations portées contre Guillaume sont suffisantes pour justifier un procès aux assises.


http://www.metrofrance.com/info/laurent-de-villiers-retrouve-l-espoir-d-un-proces-aux-assises/pklg!JTKnGQIudFs0RSA8yzFv1w/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proteger-les-enfants.forumgratuit.be
 
Le fils de Villiers, abusé par son frère : "Après chaque viol, j'allais vomir".
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Opération de police de grande ampleur à Villiers-le-Bel
» Fils de politique méritocratie
» Temple de Sénitot (Manoir de Bévilliers - Gonfreville l'Orcher)
» Avoir un fils.....
» mon fils de 2 ans "tape des crises"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stop a l inceste la pedophilie et la cru :: Votre 1ère catégorie :: Inceste et pédophilie-
Sauter vers: